# TRANS-EUROPA MEDIAS / ENQUETE / RENAULT NID D’ESPIONS

TEM - posts - LIVRE Renault Nid d'espions (2014 01 16)

Agence TEM/ Trans-Europa Médias

http://trans-europa-medias-press.com/

http://www.scoop.it/t/trans-europa-medias

https://www.facebook.com/trans.europa.medias.presse

Matthieu Suc

Ed. du Moment

« Ta carrière, tout est arrêté, tout est fini. À l instant même tu quittes ce bureau, tu quittes Renault, Michel ! », annonce le DRH. « Il est question de corruption et de comptes offshore, ça va être très lourd ! », assène le directeur juridique.

Nous sommes le 3 janvier 2011. Trois cadres auraient trahi. Ils sont virés. L affaire Renault démarre. Enquêtes sur la vie privée, filoches, manipulations, fausses factures, fouilles de comptes en banque. Au coeur du dispositif : la Source, l informateur mystère qui détiendrait la preuve de l espionnage industriel.

Dix ans. Il aura fallu dix ans à Renault pour devenir le théâtre des complots et des coups fourrés. On transporte un adolescent de nuit dans un coffre de voiture pour qu il pirate les ordinateurs des employés, on enquête sur la vie sexuelle des syndicalistes. On fait croire à des ingénieurs qu ils sont pourchassés par de sanguinaires Tchétchènes, on interroge un soustraitant dans un faux commissariat.

Quatorze salariés sont licenciés sur la base d accusations farfelues. Sept suicidés sont recensés dans les effectifs du Technocentre.

Fruit de trois ans d enquête, Renault, nid d espions propose à travers de nombreux témoignages et documents inédits, une plongée hallucinante dans une entreprise mythique où les barbouzes manipulent les polytechniciens. Une histoire glaçante. Pourquoi ? Parce que tout est vrai.

QUE DIT MATHIEU SUC ?

Extraits de son interview par l’Usine Nouvelle :

« J’avais couvert la vraie fausse affaire d’espionnage pour France Soir et il me restait beaucoup de choses à raconter. Cette affaire est en fait un vrai roman d’espionnage, qui oscille entre comique et tragique, mais je voulais aller plus loin. L’affaire me permet de raconter les dessous d’une grande entreprise du CAC 40, avec son lot de barbouzeries, les hommes qui se détestent, d’autres qui s’admirent. Si cette affaire a éclaté, c’est parce qu’une véritable paranoïa règne chez ce constructeur. »

« Le problème vient de Carlos Ghosn et de la peur qu’il engendre parmi ses plus proches collaborateurs. En 2005 déjà, une source anonyme expliquait à la presse que Carlos Ghosn vivait entouré d’une cour de bénis oui-oui qui n’osaient jamais le contredire, et que cette situation poserait un jour un problème. Avec l’affaire d’espionnage nous sommes dans ce cas de figure. Il faut ajouter à cette situation la reconversion de nombreux ex-espions, suite à l’effondrement de l’URSS, dans la sécurité des entreprises et la lutte contre l’espionnage industriel, qui doivent bien un jour justifier leur salaire et alimentent la paranoïa des grands patrons. »

« (…) Carlos Ghosn, qui est très intelligent, s’est présenté comme le garant de l’Alliance Renault-Nissan. En substance, il faisait passer le message suivant : s’il était débarqué de Renault, Nissan reprenait ses billes, et Renault perdait sa vache à lait. Le gouvernement devrait alors gérer des milliers de suppressions d’emploi. Carlos Ghosn a surtout une tactique très habile de travestissement de la vérité pour sauver sa peau. Je prends l’exemple de son salaire. Il refusait de faire connaître le montant de son salaire chez Nissan aux administrateurs de Renault, prétextant une règle tacite japonaise, qui veut que ça ne se dise pas. Quand le Japon a imposé de rendre public le salaire des grands patrons et que les administrateurs ont découvert qu’il gagnait 8 millions d’euros chez Nissan en plus du million déjà perçu chez Renault, il a fait une pirouette. Il leur a expliqué que d’autres grands groupes avaient essayé de le débaucher, en lui proposant plus, mais qu’il avait refusé car Renault était sa passion. »

L’AUTEUR :

Après dix ans passés au Parisien et à France- Soir, Matthieu Suc est désormais journaliste indépendant. Il est l auteur de Antonio Ferrara, le roi de la belle, avec Brendan Kemmet, Éditions du Cherche midi (2008) et La Face cachée de Franck Ribéry, avec Gilles Verdez, Éditions du Moment (2011).

Interview de l’auteur par L’Usine Nouvelle :

http://www.usinenouvelle.com/article/renault-ne-sort-que-de-nouvelles-versions-des-modeles-existants-souligne-matthieu-suc.N220517

Auteur  : Matthieu Suc

Editeur : Du Moment

Date de parution : 27/11/2013

ISBN : 2354172478

EAN : 978-2354172473

TEM / 16 Janvier 2014 /

____________________

TEM / Trans-Europa Médias

* TEM Website :

http://trans-europa-medias-press.com/

* TEM Blog / Revue de Presse :

http://www.scoop.it/t/trans-europa-medias

* TEM Profil Facebook :

https://www.facebook.com/transeuropa.medias

* TEM Page Facebook :

https://www.facebook.com/trans.europa.medias.presse

 

 

 

This entry was posted in * Essais - Bios - Philo. Bookmark the permalink.

Comments are closed.