# TRANS-EUROPA MEDIAS / HISTOIRE / LA LIGNE MAGINOT : GUIDE DES FORTS À VISITER

TEM - LA LIGNE MAGINOT  GUIDE DES FORTS À VISITER 1

André Degon, Didier Zylberyng

Ed. Ouest-France

Il suffit de franchir la lourde porte blindée d’un ouvrage de la Ligne Maginot, pour découvrir un autre monde, étrange, parvenu jusqu’à nous…

Visiter les forts de la Ligne Maginot, véritables villes souterraines pour les plus gros ouvrages, c’est toucher du doigt ce que fut la vie de ces « équipages» chargés de la défense de la France. Ce livre n’a d’autre but que d’expliquer au lecteur la genèse de la Ligne Maginot et de l’informer sur les forts ouverts au public grâce au travail des associations qui se sont consacrées à leur sauvegarde.

30 forts à découvrir :

La Salmagne – La Ferté – Fermont – Bois du Four – Galgenberg – Bois Karre – Immerhof – Zeiterholz – Guentrange – Hackenberg – Michelsberg – Bois de Bousse – Bambesch – Ligne Maginot aquatique  – Rohrbach – Simserhof – Dambach-Neunhoffen – Four à Chaux – Schoenenbourg – Esch – Hatten – Marckolsheim – Aschenbach-Uffheim – Saint-Gobain – Rimplas – La Frassinéa – Saint-Roch – L’Agaisen – Sainte-Agnès – Cap-Martin

LE CONTEXTE HISTORIQUE/

CE QU’EN DIT UN GRAND TEMOIN, LE GENERAL DE GAULLE …

( Mémoires de guerre – L’Appel – Bibliothèque de la Pléiade – pp. 27  et sq. )

Mémoires d’un grand témoin …

Déjà, il a dit :  non ! Qui ? Mais,  De Gaulle, bien sûr !

Il l’écrit, avec toute sa passion pour la France, sa science des armes. Dans Vers l’armée de métier  ( publié sans l’autorisation de la hiérarchie ) et sans cesse, toujours,  il préconise :   » la professionnalisation d’une partie de l’armée, l’emploi de l’arme blindée, la création d’un corps de manoeuvre autonome doté de chars de combat « . Bref, ça devait bouger. Il eut l’adhésion de Paul Reynaud, Léo Lagrange, Philippe Serre,tout le contraire de ce que disaient dans les  hauteurs de l’armée, Pétain, Weygand,- plus Léon Blum. De Gaulle rencontra, chez Paul Reynaud, Léon Blum qui lui demanda quels étaient ses pronostics.

De Gaulle lui répondit :  » Le problème est de savoir si, au printemps, les Allemands attaqueront vers l’Ouest  pour prendre Paris ou vers l’Est pour atteindre Moscou. – Y pensez-vous ? s’étonna Léon Blum. Les Allemands attaquer à l’Est ? Mais pourquoi iraient- ils se perdre dans les profondeurs des terres russes ? Attaquer à l’Ouest ? Mais que pourraient-ils faire contre la ligne Maginot ? – Le président Lebrun visitant la Vème armée, je lui présentai mes chars  : –  » Vos idées me sont connues, me dit-il aimablement. Mais pour que l »ennemi les applique, il semble bien qu’il soit trop tard.

C’est pour nous qu’il était trop tard.  Le 26 janvier ( 1939  ), toutefois, je tentai un dernier effort. Aux quatre-vingts personnalités  du gouvernement, du Commandement, de la politique, j’adressai un memorandum… A aucun moment, le peuple français ne doit tomber dans l’illusion  que l’immobilité militaire actuelle serait conforme au caractère de la guerre en cours. C’est le contraire qui est vrai. Le conflit qui est commencé pourrait être le plus étendu, le plus complexe, le plus violent de tous ceux qui ravagèrent cette terre. La crise politique, économique, sociale, morale, dont il est issu, revêt une telle profondeur et  présente un tel caractère d’ubiquité  qu’elle aboutira fatalement à un bouleversement complet  de la situation des peuples et de la structure des Etats. Or l’obscure harmonie des choses  procure à cette révolution  un instrument militaire,  -l ‘armée des machines – exactement proportionné à ses colossales dimensions. Il est grand temps que la France en tire la conclusion « .

De Gaulle  ajoute que son Mémorandum fit quelques effets, ce qu’il appelle  » des velléités de changement « . Il obtint deux divisions cuirassées L’une fut constituée début 1940, de cent vingt chars ;  » J’en aurais voulu cinq cents  » .. » – l’autre devait l’être en mars « .

La suite est connue.

Les forts procurèrent des emplois, lors de leur édification. De nos jours, on les visite, en tant que lieux de mémoire …

LES AUTEURS

Après avoir été photo-reporter pour l’agence Sipa Press, André Degon travaille pour un magazine de la Mutualité française et en devient le rédacteur en chef. Attiré par le reportage tourisme, il collabore ensuite à différentes publications comme L’Evénement du jeudi et Marianne. Il sillonne les routes de France depuis une trentaine d’années pour faire découvrir à ses lecteurs les plus beaux coins, les adresses cachées.Fasciné par les ouvrages de la Ligne Maginot, il a voulu faire connaître au public cette réalisation unique au monde. André Degon est membre de l’Association des journalistes de tourisme (AJT).

Auteur photographe, Didier Zylberyng réalise des reportages de presse et collabore à l’illustration de guides touristiques français et étrangers. Passionné d’histoire et de patrimoine, il a déjà publié aux EditionsOuest-France Trains historiques de charme en France, La Route des châteaux d’Alsace, Lieux mystérieux et insolites en Alsace.

EDITEUR : Ouest-France

COLLECTION : Itinéraires de découvertes

ISBN : 978-2-7373-6080-0

EAN : 9782737360800

PRÉSENTATION : Broché

TEM / avec Ouest-France / 31 juillet 2014 /

TEM - LA LIGNE MAGINOT  GUIDE DES FORTS À VISITER 2

TEM - LA LIGNE MAGINOT  GUIDE DES FORTS À VISITER 3

TEM - LA LIGNE MAGINOT  GUIDE DES FORTS À VISITER 4

This entry was posted in * Albums - Beaux livres - Art, * Histoire - Arts - Archéologie. Bookmark the permalink.

Comments are closed.