# TRANS-EUROPA MEDIAS / LIVRE / RÉSISTANCE DU ROMAN. GENÈSE DE « NON » D’ANDRÉ MALRAUX

SP - TEM posts - LIVRE Résistance du roman (2013 09 19)

Jean-Louis Jeannelle

EDITIONS : CNRS

« C’est une épopée qui sera à la Résistance française ce que L’Espoir fut à la guerre d’Espagne » : c’est en ces termes qu’André Malraux décrivait en 1972, dans un entretien avec Chagall, son grand roman sur la Résistance, longtemps attendu, jamais achevé. Simple fanfaronnade d’un écrivain qui avait abandonné le genre romanesque après la publication des Noyers de l’Altenburg en 1943 ?

Ce fameux roman, Malraux en a pourtant bien entrepris la rédaction. Restent aujourd’hui quelques scènes, fragments composites et esquisses de personnages, intitulés : « Non ». Une édition vient d’en être faite dans les « Cahiers de la NRF » (Gallimard, 2013).

En s’appuyant sur un travail historique important, et sur une analyse détaillée des fragments ou des documents de travail de Malraux, jusqu’alors inédits, Jean-Louis Jeannelle, dans un style élégant et limpide, reconstitue la genèse de ce roman inachevé, puis s’interroge sur les différentes raisons de son inaboutissement. L’image traditionnelle d’un écrivain écartelé entre sa fonction de chantre des grands-messes gaulliennes et sa réputation de mythomane s’en trouve entièrement modifiée.

« Non », qui aurait pu être la dernière œuvre romanesque de Malraux, est le chaînon manquant permettant de comprendre comment l’auteur de L’Espoir ou des Noyers de l’Altenburg est devenu celui du Miroir des limbes.

REVUE DE PRESSE

« En s’appuyant sur un travail historique important, et sur une analyse détaillée des fragments ou des documents de travail de Malraux, jusqu’alors inédits, Jean-Louis Jeannelle, dans un style élégant et limpide, reconstitue la genèse de ce roman inachevé, puis s’interroge sur les différentes raisons de son inaboutissement. »

- Marc Escola, www.fabula.org, 2 avril 2013.

« Jean-Louis Jeannelle rappelle comment Debray, pour louer l’ouvrage minutieux du résistant Daniel Cordier, Alias Caiacalla, le définit comme un  ‘anti Malraux’. Derrière le sarcasme, l’analyse est juste : Malraux veut témoigner pour les hommes du ‘Non’, mais ne peut s’empêcher d’être un grand écrivain. »

- Alexis Brocas, Le Magazine littéraire, juin 2013.

« Non désigne un double mouvement : récit demeuré à l’état d’embryon et terme d’une réflexion ayant conduit Malraux à faire ses adieux au roman. »

- Macha Séry, Le Monde des livres, 5 juillet 2013

« Contrairement à ce que l’on pensait, il y a donc eu une Résistance du roman, comme le souligne Jean-Louis Jeannelle dans sa généalogie de l’oeuvre. »

- Hervé Gaymard, L’Express, 17 juillet 2013

« Pourquoi ce roman est-il resté à l’état d’ébauche ? La désaffection à l’égard du genre romanesque qui marque les années 1950-1970 serait une explication insuffisante. »

- Jérôme Serri, Lire, septembre 2013

L’AUTEUR

Maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France, Jean-Louis Jeannelle est l’auteur d’une étude consacrée au Miroir des limbes : Malraux, mémoire et métamorphose et d’Écrire ses Mémoires au XXe siècle : déclin et renouveau (Gallimard, 2006 et 2008).

Broché: 280 pages

Editeur : CNRS

Langue : Français

ISBN-10: 2271077400

ISBN-13: 978-2271077400

TEM / 19 sept. 2013

This entry was posted in * Essais - Bios - Philo. Bookmark the permalink.

Comments are closed.